C’est dans la ville de Pittsburgh, ville qui accueille son centre de développement des voitures autonomes, que la société Uber déploie une première série de taxis autonomes, ou encore semi-autonomes pour le moment, un chauffeur se tenant « au cas où » à la place du conducteur mais sans qu’il ait besoin de tenir le volant durant les déplacements.

C’est donc une nouvelle étape vers le déplacement autonome qu’Uber franchit avec le « véhicule de transport sans chauffeur » (VTSC ?). Pas encore homologué en conduite 100% autonome, un technicien prendra place à bord pour surveiller les réactions de l’auto par rapport à son environnement, voiture bardée de capteurs et de caméras en tous genres.

Avec une zone exclusivement urbaine et très bien cartographiée, cette première expérience avec de vrais clients est un atout pour Uber qui pourra également bénéficier d’une vitesse de déplacement assez lente pour éviter tout accrochage lié à une mauvaise réaction. Dans un premier temps.

uber taxi autonome ford fusion

Car si les premiers taxis autonomes sont des Ford Fusion (notre Ford Mondeo européenne), Uber a déjà prévu une centaine de luxueux SUV Volvo XC90 pour sillonner les routes de Pennsylvanie. Avant de s’étendre à tous les Etats et traverser les océans pour conquérir le monde.

C’est un petit pied de nez à Google (Car) et Tesla qui travaillent sans relâche sur leur propre modèle autonome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here